• Maître d’œuvre : Veronique Joffre architecte DPLG.
  • Maîtrise d’ouvrage : Privé.
  • Commune : Rodez
  • Programme : maison d’habitation
  • Année de construction : 2001
  • Surface habitable: 156 m2.
  • Coût : 183 000 € H.T.
  • Honoraires : 14 600 TTC.

maison-dans-la-pente-arcitecte-1

Un point de vue sur la rivière

Le lieu choisi pour cette maison familiale est un terrain en surplomb d’une promenade plantée de grands arbres le long de la rivière Aveyron.
En face, la vue s’ouvre sur le flanc boisé de la colline aux couleurs changeantes.

maison-dans-la-pente-arcitecte-2

plan-maison-architecte-dans-la-pente-1La maison s’implante au plus près de la pente et de la rue pour limiter les terrassements et minimiser les accès sur la parcelle.
Discrète, elle affiche sur la rue des volumes réguliers et fermés qui ouvrent un passage vers le patio d’entrée qui dessert étage et rez-de-jardin.

maison-dans-la-pente-arcitecte-4Les murs de l’étage bas, socle de la maison, sont en maçonnerie de blocs béton enduit d’un gris clair, qui reprend la référence digne des maisons de ville en pierre.
L’étage supérieur où se logent les chambres, sous la toiture, est d’un registre plus intime, en bardage horizontal sur ossature bois.

La verrière de l’entrée, l’escalier et la terrasse utilisent un vocabulaire qui associe les structures acier et le bois.
La couverture est en ardoise bleue de forme rectangulaire, les toitures terrasses sont protégées de galets clairs ou végétalisées.

maison-dans-la-pente-arcitecte-5Une organisation sur 2 niveaux

plan-maison-architecte-dans-la-pente-2

Plan de la maison niveau R+1

Au niveau haut se trouvent le garage, une réserve, deux salles-de-bain et quatre chambres avec vue sur la vallée.

plan-maison-architecte-dans-la-pente-3

Plan du rez de chaussée de la maison

Au niveau bas, l’escalier droit arrive au milieu de la pièce centrale, le séjour, qui se prolonge sur toute la largeur de sa façade vitrée par une terrasse en bois suspendue sur la pente.

maison-dans-la-pente-arcitecte-3Aux extrémités du volume, la cuisine peut être refermée par une large cloison coulissante. A l’opposé, le coin-TV peut devenir indépendant de la même façon, et se transformer en chambre d’amis.

Crédit photos : Gilles Tordjeman / Véronique Joffre

Imprimer cet article